Moi jip.pet mari soumis et cocu.
ASSERVI CONJUGAL dès première union,CANDAULISTE SOUMIS,CHASTE dont l'Ex fut enceinte de l'amant.

Thèmes

adoration adultere amant amants amour autorité bdsm cage candaulisme cb chastete contrainte

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· "PREMIERES" * en servitude gynarchique. (12)
· ** INFO OU INTOX ? (VRAI OU NON ?) (0)
· ** POL ET MICK. (1)
· **INSTRUMENTALISATION(S), APPAREILLAGE. (8)
· A part thé ! (14)
· ANTICIPATION Erotico Sociétale. (22)
· Avant: "Simple" servitude conjugale ! (6)
· CANDAULISME BDSM (27)
· Des bases matérielles d'humiliation. (27)
· Dévotion sexuelle.. (45)
· Discipline et corrections (56)
· DOUX FOYER GYNARCHISTE. (49)
· DU VANILLA A LA GYNARCHIE (29)
· Du vanilla à la gynarchie SM avec MAD. (12)
· Ecumeuses de supermarchés. (2)
· Forcé, enfermé, condamné, relégué. (6)
· Glissements progressifs (du plaisir?) (72)
· Homme DU ménage/ homme DE ménage ! (19)
· JE ME SOUVIENS, DIANE. (5)
· Journal ! Le quotidien " frais " (34)
· LEZDOMME et TRIBADISME (8)
· Mari en déni d'orgasme et candaulisme (21)
· PAREES D'ENCRES (2)
· Père candauliste, grossesse épanouie! (5)
· Rituels,cérémonies,célébrations,rites (28)
· RUBRIQUE... à brac ! (17)
· SAYNETTES -ACTes/SCENes- (5)
· STANTON,BETTY PAGE, ETC (1)
· TEMOIGNAGES et CONFESSIONS (8)
· TRANS forme (4)
· VOYAGES dans l'espace (14)
· VOYAGES dans le temps (53)
· VOYAGES en NO MAN'S LAND (5)
· VOYAGES en pensées "sauvages" ! (3)
· WOMEN RULE. (21)

Derniers commentaires

bien joli fessier cette beauté à la peau d'ébène !http://lenver 02.centerblog. net
Par lenver02, le 31.10.2014

cérémonie finie , invités partis , elle le regarde : " à partir de cette minute , tu dois te considérer comme
Par ArchivalLolo83, le 29.10.2014

splendide... cette photo, je crois que je vais te la v oler, erog... et sans autre forme de procès, ami!!!http
Par fascination58, le 29.10.2014

bonjour, erog... mais quel est cet illustrateur?h ttp://fascinat ion58.centerbl og.net
Par fascination58, le 29.10.2014

je l'avais déjà accepté ami... bien évidement ;)http://lespa radisperdus.ce nterblog.net
Par marie, le 29.10.2014

Voir plus

Blogs et sites préférés

· amandinelibertine
· amants
· amatricerousse
· amatricesnues
· asshole
· asspic
· auxroyaumedelafemme
· blogsexymarion
· bnat
· bombes-sexuelles

Voir plus


Articles les plus lus

· -335- Le retour de ma femme et de son "homme" .
· J'ai subi le Gokkun en "Devotional Sex".
· Mon Adorée enceinte de son amant!
· Ma Femme et son amant commencent bien l'année.
· Frustration ET orgasme ruiné!(3)

· Humilié et battu! (III)
· Terrible chasteté .
· Un mari gynarchiste éprouvé. (B)
· Branlette autorisée pour l'anniversaire de "chéri".
· -136- Ma Femme et son amant en vacances !
· Candaulisme ou cuckolding ?
· Cruauté du déni d'orgasme prolongé.(1)
· Du déni d'orgasme et de son contrôle .
· -258- Lettres entre Femmes Gynarchistes.
· Punition sévère... et la honte !(E)

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Rechercher
Statistiques

Date de création : 19.09.2011
Dernière mise à jour : 29.10.2014
675articles


-14- Diane, ma Femme: PREMIERE histoire d'EAU. -A- (*)

Publié le 31/10/2014 à 23:47 par erog Tags : veneration exigences adoration obéissance passion frustration
-14- Diane, ma Femme: PREMIERE histoire d'EAU. -A- (*)

Diane m'a ordonné de faire couler son bain, comme tous les jours maintenant. Quand je dis "maintenant", ce n'est pas pour l'habitude, la répétition, la routine. C'est pour ce qui est de l'ordre, de l'injonction ferme, sèche, sans douceur:

Avant il m'arrivait déjà très souvent de préparer son bain, de ma propre initiative, souvent, quand elle rentrait d'un podium, d'un défilé de mode, d'une exigeante séance photos.

Mais alors, et ce depuis les premiers jours de notre union, bien avant notre mariage donc, c'était plutot comme un préliminaire à notre sexualité gourmande et débridée... je savais que si sa journée de présentations chez un couturier ou si les heures  de photos,  de flashes crépitant indéfiniment ne l'avaient pas totalement épuisée, je serais "récompensé" de cette attention - pas désintéressée donc -  

 Maintenant que je glissse jour après jour dans une servitude grisante ( parce que voulue... et de part et d'autre finalement ! ) s'il m'arrive encore de prendre des initiatives... c'est parce qu'elle le permet dans certains domaines...

... et même  elle les encourage voyez vous : elle y voit comme des petites preuves répétées de  mon amour absolu, attentionné... de ma vénération sans borne pour Elle, en train de devenir chaque jour un peu plus ma Déesse.

Là, déjà, plus question de cela: elle ordonne, sachez le ! et, comme je n'ai pas l'à propos de réagir dans l'instant  comme elle l'entend depuis quelques jours,  cela me vaut une baffe ! Oui ! elle me  gifle, sèchement tout en jetant de son autre main la veste qu'elle vient de quitter, après avoir passé cette main dans ses cheveux libérées des contraintes inhérantes à l'exhibitionnisme de la mode. ( Un geste qui m'électrise et attise mon désir d'Elle, aujourd'hui qu'elle le brime comme hier:  cette main ouverte et aérant sa crinière auburn est d'un érotisme absolu... et désormais bien cruel !... quand il était naguère un appel ouvertement sexué, comme un claquement de doigts, une invitation  à mêler nos corps, nos chaleurs, nos senteurs... nos frissons ! )

Elle jette cette veste lestée de ses parfums mêlés dans les bras d'un fauteuil qui les lui tend indéfiniment:

C'est cela ! Je viens  de commettre pour la deuxième fois en peu de temps l'erreur de ne pas répondre " Oui ma Reine ! " sitot  son désir, ou plutot son impérieuse volonté exprimée...

En meme temps, elle se sépare de ses escarpins comme elle a l'habitude de le faire: en lançant tour à tour chacune de ses jambes, chacun  de ses pieds vers  le haut, vers l'avant, projetant ainsi la chaussure aux talons acérés dans les airs avant qu'ils ne retombent n'importe où dans la pièce ( ce sera à moi, dès que j'aurai un moment, de mettre de l'ordre dans tout ça : veste désarticulée, chaussures couchées, petite culotte impudiquement livrée à une table... exposée sur un guéridon... ou bien oubliée sous une commode.)

Je connais depuis toujours la température idéale des bains qu'elle prend...une température invariable, sur laquelle elle se veut "tatillonne". Là encore c'était pour moi un sujet de fierté quand elle me disait,sans en faire un révélateur de mon savoir-faire ou même de mon amour, tandis que j'entrais à mon tour  dans le bain où je la rejoignais bien souvent de ma propre initiative  :

- " Hmmm ! c'est juste à ma température chéri ! tu es un amour ! " ... et l'amour c'est ce que nous faisions dans l'eau, la propreté de nos corps n'étant plus qu'un prétexte à ablutions  et ballets fiévreusement aquatiques ... étreintes convulsives.

Aujourd'hui on n'en est plus là ! Mettre un peu trop de temps à m'en persuader m'avait déjà valu une ou deux baffes du modèle de celle que le "Oui ma Reine" oublié venait de me valoir.

Et je savais que je ne serais pas invité, ce soir, pas plus qu'hier, ni aucun des jours récents à la rejoindre dans l'eau... mais j'ignorais encore le rituel qu'elle entendait mettre en place.

Je réalise seulement, au moment où elle entre dans l'eau avec son porte-jaretelles et ses bas attachés, arrimés haut, gainant ses merveilleuses cuisses fuselées qu'il ne s'agit ni d'un moment de distraction de sa part, ni de quelque fantaisie comme nous en cultivions naguère,  mêlant volontiers amour et humour .

Je réalise cela, et aussi  ma frustration, de ne pouvoir fêter de plus près et plus directement l'éblouissante beauté de son corps...

L'odeur un peu acre d'une fin de journée trop active chatouille mon nez lorsqu'elle entre dans l'eau, aisselles puis fourche des cuisses écartées, ouvertes !

Oui : cela renforce mon désir d'Elle, mais il y a des jours et des jours que je n'ai plus le droit de" toucher" ses obsédants volumes charnels autrement qu'à l'occasion d'un massage... que là encore elle" exige", fort heureusement cette fois, de temps en temps de moi.



-15- Diane, ma Femme: PREMIERE histoire d'EAU. -B- (*)

Publié le 31/10/2014 à 23:45 par erog Tags : bain obéissance adoration vent eau nylon jaretelles bas
-15- Diane, ma Femme: PREMIERE histoire d'EAU. -B- (*)

Diane entre dans l'eau à bonne température ( c'est important pour moi désormais... cette bonne température, totalement arbitraire... "si tu ne veux pas morfler" comme elle dit )...

 Souvent son éventuel petit inconfort ne me vaut qu'une gifle pour prix de ma maladresse... de la difficulté à trouver cette sacro-sainte  "bonne température", mais lorsqu'elle est de mauvaise humeur cela peut être "retenu contre moi"... ajouté à mes fautes de la semaine et dès lors aggraver ma punition dominicale... puisque l'habitude de me "corriger" en fin de semaine est, elle aussi, en train de se ritualiser !

Cette fois,  elle a gardé ses bas et, pour qu'ils tiennent haut sur ses douces et merveilleuses cuisses, qui m'affolent -avec ou sans bas- sa taille "de guèpe" est ceinte du plus récent et fin porte-jaretelles, un de ces accessoires que je lui offre, sans même le savoir avec ma CB...  

Non ces initiales ne désignent pas la Chastity Belt (d'ailleurs inconnue de nous alors, sous sa forme courante aujourd'hui) mais ma Carte Bleue, qu'elle m'a "confisqué" récemment et qu'elle utilise à son profit et "pour mon bien" : il parait que je ne sais pas " gérer un budget"...

...  quand je regarde avec admiration  et surprise quelque  chose qu'elle porte, et qu'elle met ainsi un peu plus en valeur,  elle me regarde avec son petit sourire supérieur et mutin qui me rend  plus fou d'Elle chaque jour:

- "Tu as vu ce que tu m'as offert ?... tu es vraiment un  gentil "ptit mari" quand tu veux ! " parfois elle en rit... parfois elle se contente de lever le menton dans un geste hautain et insolent qui renvoie, avec la complicité de sa main, sa crinière auburn par dessus ses épaules, loin dans son dos de déesse...

Mais je m'égare !... avec tant d'images qui m'assaillent ! Elle me donne la fièvre et ses pseudo-remèdes ne font que l'aggraver.

Elle  est maintenant mi-assise mi-allongée dans la baignoire, appuyant son dos contre la paroi faiencée couleur lilas .

 Elle lève une jambe, puis l'autre .

S'étire... sourit... se délasse,

... murmure de bien-être !

- " A genoux ptit homme ! qu'attends tu là  comme un empoté ? ! !... il faut tout te dire décidemment ! pour quelqu'un qui se vante à qui veut bien l'entendre de devancer mes désirs ! "

Oui je suis là "empoté", admiratif, tenaillé par le désir ! je n'arrive pas encore à admettre l'idée qu'elle ne me fera plus signe de la rejoindre dans l'eau, que nous n'y ferons plus l'amour !

Elle me l'a dit récemment, mais c'est si difficile à accepter pour moi !... c'est si proche encore dans le temps de notre  merveilleuse vie "normale", balisée de sexe omni présent !

...  atrocement difficile.

Je m'agenouille devant ce qui fut le berceau de nombreux de nos ébats.

- " Ne pose pas tes fesses sur tes talons comme si tu portais toute la misère du monde ! Redresse toi !  Tu es heureux d'être mon esclave n'est ce pas ?... c'est ce que tu voulais !... alors reste à genoux et baise tour à tour chacun de mes pieds quand je les tends vers le haut...

... caresse ma cheville, mon mollet... c'est ça oui !...

 Passe tes mains dans l'eau et caresse ma cuisse !...

 Non je t'interdis de franchir la lisière de mes bas ! je ne veux pas de tes pattes sur ma peau ! "

Elle sait combien jouer à la lisière du nylon et de ses chairs si douces des  hauts de cuisses m'a toujours mis "les sens à l'envers" mais ne veut plus me donner si facilement ce plaisir.

J'obéis !... mes mains sur ses mollets font crisser le nylon  et ce contact au creux de ma paume me procure de redoutables frissons !...

... j'ai l'impression que mes reins sont prisonniers d'étroites tenailles ! le son que cela produit est à la fois confidentiel et impressionnant... étrange musique qui éloigne et obsède.

- " Si tu parviens à te courber assez je veux bien, exceptionnellement, que tu baises  la peau de ma cuisse, tout en haut, au-delà du bas ! c'est à toi de voir ! sinon donne moi l'éponge réservée au contact de ma foune et de mon petit trou !... que j'assainisse un peu tout ça après cette rude journée. ! "...

 Je peux bien le redire : ses effluves corporelles à l'entrée dans la baignoire indiquent assez qu'en effet "tout ça" à besoin d'être rafraichi ! mais cela attendra !  et je les aime moi ces effluves ! j'aime qu'elles m'enveloppent !

 Elles m'emprisonnent ?

et alors : j'aime ma prison d'odeurs !...

... je me contorsionne - le rebord de la baignoire est élevé pour un homme agenouillé - et je parviens à effleurer de mes lèvres le haut de la cuisse de mon adorée ! curieux contraste entre la douceur que cela offre à mes lèvres et la paume de ma main qui presse le nylon subtilement  rèche un peu plus bas.

Au moment où mes lèvres accèdent à leur trésor... elle descend un peu plus dans l'eau et s'éloigne vers l'intérieur, pour me voir glisser... pour voir ma face plonger dans le chaud liquide parfumé ! Elle rit de ce qu'elle a provoqué...

Elle se redresse... me regarde sortir ma tête trempée  de l'eau... rit encore.

- "Allez ! je te donne une deuxième chance ! mais je te croyais plus souple ! ahahah ! "

Je repars en quête de son infinie douceur laiteuse ! cette fois au contraire elle tend bien son corps vers moi : la partie supérieurs de sa cuisse, le merveilleux arrondi de sa hanche !...  l'extérieur de sa fesse !... je me cramponne, toujours de la même main, de la même paume à la naissance de sa cuisse, juste au dessus de l'arrondi du genou - au point qu'elle me reproche vertement de lui faire mal... mais elle rit !

Elle rit encore ! et son rire, comme par un effet mécanique, détendant son mignon petit anus, qu'elle nomme elle même drôlement son "petit trou du cul mignon"  provoque l'échappement d'un vent épris de liberté !...

...  et cette évasion, dans l'eau, produit un petit son mou et feutré, et un petit chapelet de bulles, qui l'amusent davantage encore !

-16- Diane... : PREMIERE histoire d'EAU. -C- (*)-

Publié le 31/10/2014 à 23:42 par erog Tags : sensualite asservissement nudité obéissance admiration
-16- Diane... : PREMIERE histoire d'EAU. -C- (*)-

Les courageux, de tous les sexes, qui lisent TOUT ce que j'écris, ou presque !... parfois même la partie "commentaires", sous chaque article, -mais y  a t il encore de tels phénomènes ?- se souviennent peut être que les deux plus récents articles, ci dessus ont pour point de départ une photographie publiée en décembre 2012 sur le blog "fascination68"...

Belle photo, qui n'avait pas ému que moi...mais que pour ma part je n'avais découvert que début 2013.

Sensuelle photo !... qui M'A furieusement RAPPELé, non un fantasme comme ce fut le cas  pour certains autres commentateurs du beau blog de Patrick, mais UN DES MOMENTS  INTENSES DE MA VIE, MOMENT "FONDATEUR" EN MATIERE DE GYNARCHIE... pratique, active, REELLE !

J'ai donc commenté à mon tour la photo, avec retard, en 2013, mais j'ai surtout eu envie de raconter la scène "fondatrice" que j'ai vécu en ce temps là !

Et puis de fil en aiguille, l'idée d'une nouvelle rubrique m'est venue, sur ce blog... cela répondant aussi à l'époque à la suggestion, d'un de mes "fidèles"-

Une rubrique remuant "des choses" de ma vie avec Diane, la "première" qui mérite bien que j'écrive, pour lui rendre hommage... un vrai livre... mais c'est toujours " à venir" !

Cette 'nouvelle' rubrique "PREMIERES"  finalement j'y tiens !!      - Oui Marie , " l'immersion" va se prolonger et répéter  ai je dit lors de la première publication-   et cette période  de liberté, inaugurée début 2013, semble faite sur mesure pour que je m'y consacre toujours plus.

Beaucoup de ces "premières" ont et auront DIANE pour héroïne. C'est obligatoire : Elle même FUT LA   PREMIERE à m'entrainer avec cet enthousiasme, cette énergie, cet amour de l'intensité et de la vérité des relations, comportements, sentiments... sur ce sentier tantôt ténébreux tantôt lumineux du BDSM  A VIVRE que le premier je lui ai signalé, désigné,  montré... et qui nous a tellement plu qu'alors nous avons décidé de le visiter, puis parcourir A PLEIN TEMPS.

Oui au départ ce n'était qu'un sentier assez dissimulé et pas balisé, et puis ensemble nous avons découvert un vrai chemin... et en avons fait une vrai route, la nôtre, en dépit d'une autoroute "sociale"... qui ne cessait pourtant de nous rappeler à sa réalité flatteuse...

... je n'ai pas été longtemps devant, juste pour lui montrer combien la route était belle et lui prouver qu'elle méritait qu'on l'emprunte et la suive le plus longtemps possible en snobant l'autoroute des convenances...

 Ensuite elle a pris jusqu'au bout la direction des opérations. 

Voilà donc pourquoi, en effet, beaucoup de mes "PREMIERES en gynarchie" l'ont eu pour "actrice principale", premier rôle "naturel"... et unique star !

Si  cette rubrique ne porte pas juste et simplement son prénom c'est que d'autres "Maîtresses Femmes" y interviendront disais je alors...

... et c'est ce qu'il en fut...

c'est ce qu'il en est...

c'est ce qu'il en sera... puisqu'un jour Diane a cessé  de vivre avec moi ces "premières"... ( sans pour autant délaisser cette voie que je garde la fierté de lui avoir montré le premier )

Une rubrique qui indique juste quelles sont les PREMIERES FOIS où JE VIS ( Oui : VOIR autant que  VIVRE ! )   quelque chose qui m' "immerge" un peu plus dans la servitude gynarchique appelée de mes voeux... depuis toujours.

Dans les deux articles précédents,je souligne surtout que la détermination de Diane à s'engager durablement sur notre beau sentier, et mon enthousiasme à la suivre désormais -puisque je ne suis plus éclaireur- en dépit de nombreux obstacles... sociaux voire familiaux nous conduit très vite au point de non retour...

A l'immersion !... sans jeu de mots. 

Dès les instants évoqués dans les deux  articles précédents, réémerger vraiment était impossible: ils m'offraient trop clairement ce que j'attendais, rêvais, espérais... et ce qui faisait vibrer et rayonner Diane !

ALORS :

- C'est moi qui ai passé et repassé l'éponge végétale sur son minou et son "petit trou du cul mignon" pour leur restituer la fraîcheur d'avant podium...

Ce jour là... et désormais tous les autres jours.

- Cest moi qui, lorsqu'elle s'est remise debout dans l'eau , l'ai rincée longuement avec le pommeau de douche pendant qu'elle pivotait... se tournait et retournait... me tendait un moment son buste tressautant, puis l'instant d'après son cul débordant... et pas moins émouvant...

Ce jour là... et désormais tous les autres jours.

- C'est moi qui lui ai tendu le peignoir préalablement réchauffé  (nous n'étions qu'au printemps et pas en Andalousie)... moi qui le lui ai enfilé...

Ce jour là... et désormais tous les autres jours.

- Moi qui ai frotté, hors de la baignoire, son corps ainsi enrobé pour le sécher !

( Ah cette sensation ! pour celui qui n'avait plus le droit, déjà, de l'étreindre librement...  spontanément comme naguère ! ... je vous laisse imaginer  comment frotter son corps divin pouvait m'électriser ! comment à ses pieds  m'agenouiller, pendant qu'elle écartait ses douces et dures cuisses, pour me permettre d'essuyer  la précieuse fourche enfermant ses trésors les plus intimes... comment cela pouvait me donner la fièvre,  m'intimider, en me confirmant que là était bien ma véritable place !)

Ce jour là et désormais tous les autres jours, j'ai connu ces douces tortures qui me faisaient plus vivant que jamais !!

- Moi qui démêle au peigne fin ses cheveux mouillées ! ...   (Qu'elle séchera ensuite elle-même seule, pendant que je viderai et nettoierai la baignoire, remettrai de l'ordre dans les produits cosmétiques, les grattoirs, les éponges utilisés ou non, laverai et sécherai à quatre pattes le sol de la pièce où je reste auprès d'elle !

Ah mes regards  en contre-plongé entre ces jambes que je viens de sécher,

losque je passe la lavette près de ses pieds ! !...  

lorsque je  suis tout près d'elle...

lorsque je passe plus de temps que nécessaire en ce point de la salle de bains redevenu propre depuis un bon moment déjà !

Ahh ! mes regards furtifs dans le grand  miroir qui lui fait face, dévorant une grande partie du mur, pendant toute son opération séchage et mise en plis naturelle, pour constater presque douloureusement qu'elle n'a jamais été aussi belle , ausssi désirable !

Furtifs parce que, contrariés par la peur que "mon manège" comme elle dit ne soit de nouveau découvert :

Parfois mes regards en biais l'amusent, quand elle les capte dans la glace - il lui arrive même de sourire et de souligner d'un

" Je suis belle hein ! "... ou encore :

" Tu n'es pas content ptit homme d'avoir une aussi belle femme ? "...

la forme interrogative n'est qu'effet de style et n'appelle évidemment pas de réponse de ma  part !

Mais d'autres fois ces regards l'irritent, elle les qualifie alors de sournois, me reproche de lui "manquer de respect". Il lui arrive de "m'engueuler" ou de me gifler si je suis près d'elle alors...

( La gifle ! à la fois symbole et arme réelle... instrument d'exercice de son pouvoir dont je parle par ailleurs ! )

Moi ... quoi qu'elle dise ou fasse je l'admire et la désire toujours plus !!

Totale immersion ! pas loin sans doute de ce qu' Elise Sutton appelle le "Sub Espace"...

... mais on ne connait alors ni E.Sutton, ni son cheminement...

On invente le notre.

Coeurs battants !

-394- L'ANECDOTE -1- (*)

Publié le 31/10/2014 à 01:06 par erog Tags : bisexualité nudité humiliation mensurations domination
-394- L'ANECDOTE -1- (*)

Cela remonte à près de huit lustres ! Quand ma première Epouse  -également la première gynarchiste authentique de ma vie-  avait commencé depuis un moment (quelques mois) à me dominer, me soumettre... bien au delà des "jeuxSM".

 Ces  jeux étaient assez répandus dans notre milieu -en fait celui de Diane : celui de la mode, de la Haute Couture et du "beau monde"- mais si nous sommes allés vers ça, ce n'était pas par suivisme -nous refusions la plupart de ce qu'il était de bon ton "d'essayer"- ... ni par curiosité. 

 C'était déjà en moi (voir par exemple l'article 393 et la découverte de Bernard Montorgueil dans ma pré-adolescence qui "colle" déjà tellement à mon monde intérieur)... et par bonheur j'ai pu facilement convaincre Diane qu'elle était "faite pour ça", qu'elle était née pour dominer, comme moi j'étais fait pour servir, obéir...

Nous avons  donc "pratiqué", dès le début de notre vie commune -si l'on peut appeler notre vie ainsi- mais  finalement peu de temps sous la forme de ces jeux ponctuels et de ce qu'on appelle la "scène".

Dit autrement nous sommes passés du jeu au modèle... au mode ce vie, et  de la séquence (que dans les soirées chics à thème on commençait déjà à appeler "performance") à la ... permanence.

Cela faisait un moment donc qu'elle me "rabaissait mon caquet de mâle" et systématiquement... trouvant sans cesse de nouveaux moyens de le faire. ( Et côté imagination... Diane !!... )

Les premiers temps de sa domination, réelle, et tendant à la permanence donc, je fus aussi son "esclave" sexuel... avec pénétration, comme avant ma soumission... comme au temps de nos étreintes classiques mais torrides, et, encore et toujours, avec beaucoup de plaisir sexuel pour elle.

C'était pour moi l'époque de l'approche tantrique évoquée dans d'autres articles... Là encore une démarche individuelle de ma part, avant de la connaître, mais j'ai insisté POUR elle... et parce qu'elle y tenait...

... POUR sa jouissance, qui seule, dès lors qu'elle a commencé à vraiment me dominer dans la durée comptait.

 Elle m'a donc "orienté" vers l'aspect purement technique de ce mouvement... -elle décidait déjà de tout pour moi et en fonction de son seul "bon plaisir" -

Et pour me 'rabattre mon caquet' un peu plus... comme elle voyait que j'étais fier de la faire jouir "comme avant" malgré mon statut ... elle a cherché tous les moyens de m'abaisser davantage ...

Parmi ceux ci... les possibles... : le peu d'"envergure" -tout juste dans la moyenne nationale-... de ma verge  en érection.

Il a donc fallu que je mesure: au repos, en érection etc... et que je fournisse les résultats :

Quand j'ai annoncé, la première fois, seize centimètres ... elle a souri... avec dédain, mais en ajoutant  " et même ça, ça m'étonnerait ".

Il faut savoir que pour cette "première" elle m'a interrogé sur "mes résultats" un soir où une amie de notre couple était là, pour dîner avec nous        - diner préparé et servi par moi, évidemment -

Or cette amie du couple... et alors plutôt de ma femme , avait initialement été  amenée dans notre cercle intime par moi, près de deux ans plus tôt.

Diane savait qu'elle ne me laissait pas indifférente l'exotique  Camélia !...  et que j'avais fait le joli coeur auprès d'elle...

...  et c'est évidemment à ce genre d'amies, de préférence "amenées" par moi et que j'appréciais de séduire ( je fus durant ma jeunesse du genre séducteur invétéré  -invertébré disait évidemment Diane- ) qu'elle prenait plaisir à conter "l'évolution" de notre couple!

Avec Camé, c'était d'autant plus facile et tentant  que c'est maintenant elle Diane, qui avait des "visées" sur la jolie métisse à la peau caramélisée...

...  elles avaient beaucoup parlé ensemble depuis que je les avais présenté l'une à l'autre et cela avant même que pour nous deux la domination gynarchiste cesse d'être un jeu pour devenir "mode de vie"... et Camé ne manquait pas une occasion d'insister sur sa bisexualité...

Sujet dont je fus d'ailleurs le premier à parler à ma Femme et qui ne fut sans doute pas pour rien dans sa première invitation à la maison.

Bref c'est cette jeune Femme qui était avec nous à la maison, quand après que j'aie servi café et digestif, Diane me posa l'humiliante question .

Je répète que Camélia savait déjà que "son amie" Diane me dominait, au lit... et commençait à être informée "de source sûre"  qu'elle décidait de tout hors du lit aussi... que j'étais le "domestique" et pas seulement pour la cuisine... 

... lors de sa précédente visite à la maison , j'avais fait tomber une goutte de vin sur la nappe en la servant et  Diane m'avait instantanément giflé !

Ce n'était pas la première fois ! oh non ! mais c'était une première en présence d'une femme, qui plus est aussi désirable et désirée...

La gifle précédente vous permet donc de percevoir que la question sur la mesure de mon organe en érection, comme ça , hors de l'intimité ne venait pas comme un cheveu sur la soupe... mais  participait  d'un lent travail psychologique.

J'ai failli  renverser le cognac que je servais à Camé sous la crudité de la question.

Diane a dit "tu vas encore t'en prendre une !  tu vas devoir apprendre à servir à boire aussi  ! mais surtout  apprendre à mesurer . C'est pas possible d'entendre une chose pareille. C'est pour frimer devant Camé que tu sors cette sottise. Tiens ! fout toi donc à poil... on va voir ça par nous même... Tu veux bien ma douce ? je sais que tu es habituée à mieux, mais ça me rendra service ! Il frimera moins après ! " 

et elle a éclaté de rire !

Camélia a ri aussi ! un peu gênée au début  puis elle a dit :

" Si c'est pour rendre service ! " et cette fois ci elles ont ri de bon coeur toutes les deux !

Rapprochant leurs visages... (Diane avec ce mouvement de tête renvoyant sa crinière flamboyante vers l'arrière qui me rendaiit chaque fois fou de désir ) mais sans s'embrasser .

L'image : Pour une certaine ressemblance avec Camelia (de dos) et ... moins nette pour Diane, mais cela traduit bien leur attirance reciproque et leur duo à venir.

-241- L'ANECDOTE -2- (suite et fin). (*)

Publié le 31/10/2014 à 00:41 par erog Tags : honte humiliation devirilisation moqueries debandaison fiasco
-241-  L'ANECDOTE -2- (suite et fin). (*)

Quand Diane m'a ordonné de me déshabiller et compte tenu de ce qu'était devenu notre relation...

-elle était faite maintenant d'obéisance totale de ma part à "ses quatre volontés", ses caprices...               une obéissance totale et permanente et non plus de jeux SM comme on disait alors-...

 j'ai su que je serais obligé de m'exécuter... que ce serait inévitable...     mais c'était trop ! devant une amie !! qui avait été un béguin secret naguère ! ... non vraiment c'était trop.

J'ai ouvert la bouche bêtement... j'aurais voulu dire quelque chose comme

 " Non pas ça Diane ! tu peux pas me demander ça... pas devant quelqu'un ! pas devant une amie ! "

... mais impossible de sortir un mot !

...  tétanisé que j'étais !... bafouillant, bégayant ! et Camélia a été témoin de sa deuxième gifle au sein de notre couple...

Mais, comme juste avant subjugué par le regard sévère et plein de détermination de ma Femme, j'avais levé un pied pour ôter une chaussure ( en me disant qu'il allait peut être... qu'il allait sûrement, entre temps, se passer quelque chose qui mettrait un terme à mon cauchemar... que ce n'était pas possible de m'imposer une telle épreuve !! ) la beigne, violente, de mon adorée atteignit ma joue en pleine position de déséquilibre  et je me suis affalé de tout mon long.

Et  la douce Camélia a ri !!...

... un rire juvénile, cristallin ... qui a décuplé une humiliation que je croyais à son sommet !!!...

Et surtout un rire qui, en revanche, galvanisa  Diane et justifia du même coup et son comportement et son projet .

- Lève toi ! chiffe molle ! "

... et je me suis levé...

 JE SAVAIS que le rire et la complicité de Camé, là où je me croyais "en droit" d'attendre plutôt de sa part, pour le moins de la gêne, sinon de la réprobation du comportement de mon aimée... oui ! JE COMPRENAIS  que l'attitude sans équivoque de la si jolie métisse signifiait la poursuite de mon calvaire...

Pire : son renforcement... Et j'ai pensé que mon coeur était sur le point de jaillir de ma cage thoracique !

- A poil on te dit ! on veut des preuves de ce que tu avances si légèrement ! ... le "on" renforçait leur complicité tacite que ma chère Diane avait décidé habilement d'afficher et cela majorait d'autant mon supplice !

Il s'est poursuivi ! aucun miracle n'est venu me tirer d'affaire ! J'ai hésité une dernière fois quand il n'est plus resté que le slip et cela m'a valu une nouvelle beigne, sur une joue déjà en feu ! ... gifle assortie d'ironie:   

- " ça va pas être facile de mesurer avec ton slip Kangourou ! tu le fais exprès ou t'es idiot à ce point ?"...  

 Oui ! Diane me faisait porter depuis quelques temps ces slips qui déjà à l'époque dataient énormément !

(Encore ce projet, qu'elle n'avait pas son pareil pour mener à bien, de s'attaquer à ce qu'on appelle aujourd'hui l'auto-estime... et quoi de mieux que de cultiver le ridicule et de l'afficher chaque fois que possible- je rappelle aussi que Diane était "mannequin" comme on disait alors, et qu'on évoluait en permanence dans le monde de la mode, du chic, du "bon goût"- )

... Ces slips hideux et déjà ringardisés, elle  les choisissait personnellement, d'une taille au-dessus de celle qu'il m'aurait fallu " ça va mieux  avec ton côté  locdu " précisait elle dans une moue rigolarde,  sarcastique !

Et là Camélia elle même me porta l'estocade, juste après cette dernière gifle ( dernière du moment ! ) en se penchant vers l'avant pour baisser à deux mains le tissu qui protégeait encore un semblant de pudeur !

Son visage fut si près de moi alors que je sentis son souffle tiède sur mon bas ventre .

- " Je crois qu'on va avoir du mal à mesurer ! " ricana  "mon" amie en jetant un coup d'oeil sans complaisance sur ce que son geste venait de dévoiler et qui bien sûr  était  tout recroquevillé de honte...

 -" C'est drôle Camé tu sais ! ce petit monsieur me disait encore il n'y a pas si longtemps, avec la délicatesse coutumière des mecs que 'tu le faisais bander' ! "

- " Et pourtant j'ai eu la bouche tout près  de sa chose" s'esclaffa Camélia dans un rire de gamine infernale et délurée que je ne lui avait jamais connu...

- " Quand je te dis que c'est un vantard, lui aussi ! " renchérit mon aimée... " il va pourtant bien falloir qu'il bande ... peut être que si tu le suçais... " fit elle semblant de proposer .

- " Pouah ! Ben dis donc fais le toi ! c'est ton mari quand même ! "

Des rires,  parfois limite "hystériformes" venaient ponctuer chaque réplique. Des répliques qui, entre elles tournèrent vite au duel verbal...

 en toute complicité féminine cependant...

 une joute amicale qui visiblement les ravissait  et dura un moment... un long moment qui me parut une éternité, comme on peut s'en douter !

Camélia "consentit  à (me) branler" pendant que ma femme faisait mine d'aller chercher de quoi mesurer !  Puis devant son échec, la belle aux yeux verts dont les regards à eux seuls "m'affaiblissaient" conclut que c'était parce que j'étais timide... qu'elle et moi on n'était pas assez intimes...

 - " Allez ! Branle le toi !  " conclut elle quand Diane revint "outillée"...

Mais vous l'avez compris depuis un moment... rien ne put provoquer la moindre ébauche d'érection au cours de cette heure infernale...

... elles étaient les premières à le savoir et ne voulait rien d'autre !

Diane tint juste pour conclure à (nous) montrer comment sans doute j'avais triché : en poussant le bout d'un double décimètre rigide dans la petite dépression anatomique qu'on découvre facilement juste sous le ventre, à la racine de la verge... elle poussa elle même  la règle graduée d'écolier jusqu'à m'en faire mal... et conclut que j'avais sans doute exagéré de deux bons centimètres... en exagérant elle même .

Diane et Camélia devinrent encore plus proches à partir de ce jour... Très proches même ! Leur complicité, née à mon insu et "à mes frais", les conduisit rapidement et régulièrement dans le même lit... "notre" lit ou celui de Camùélia quand nous allions chez elle. Ou quand Diane y allait seule.

 Camé fut donc  la première à faire de moi, ouvertement un "cuckold" ! ... mais ce n'est pas le propos du jour . 

 

    

-393-Montorgueil de ma jeunesse

Publié le 29/10/2014 à 10:17 par erog Tags : féminine cfnm soumission masculine domination
-393-Montorgueil de ma jeunesse

 

J'ai découvert l'oeuvre de Bernard Montorgueil vers l'âge de 13 ans , avant celle de Stanton, Willie et les autres grands du genre...

-Namio n' "existait" pas encore- :

Première émotion visuelle sado-masochiste, énorme !

J'avais déjà vu des illustrations SM (à l'époque on ne disait pas BDSM) en particulier dans des bibliothèques, sur des oeuvres de Sade, mais jamais porteuses d'une telle intensité... Jamais avec un texte et des images se servant mutuellement avec autant de bonheur !

Ceux qui connaissent ses trois albums me comprendront.

C'était de la BD -'bande dessinée', pas 'bondage', même s'il y en a un peu- sans bulles, à l'ancienne avec de longs récits très explicites et détaillés... et contrairement à Sade les "victimes" étaient masculines !... toujours !... un ravissement quoi .

Bref ce grand méconnu -encore aujourd'hui je trouve- m'allait droit au coeur... et ailleurs !  non parce  qu'il me suggérait des fantasmes mais parce qu'il illustrait les miens (*)...

Je ne suis pas devenu ce que je suis érotiquement parlant à cause de...

 -pardon: grâce à  Montorgueil !...

... mais il m'a permis comme Sade, comme Rousseau, comme Casanova et quelques autres que j'ai lus très jeune de vérifier qu'avec ma libido enfiévrée et les récits troubles que je me faisais... je n'étais pas "anormal" et n'avait donc aucune raison de culpabiliser ou d'avoir honte.

Voilà. C'était la rubrique hommage à ...

(*) Je dis qu'il "illustrait" mes fantasmes alors que celui  que je propose ici aujourd'hui je ne l'avais pas vraiment, mais c'est que voyez vous je ne dispose pas d'autre "document" de lui sous la main... On voit bien cependant tout ce qui a pu d'emblée me séduire :

l'élégance du dessin et partant, des femmes, qu'il met en scène, leur fierté, leurs ports altiers, toujours, leur distinction...

-chez lui la femme est supérieure, par nature-

la soumission des hommes... qu'elles tiennent par la queue (est ce pour cela la chiennerie ici ?)... il y a d'ailleurs sur le sujet des dessins bien plus heureux...

l'aisance matérielle, le confort, le luxe dans lesquels elles évoluent...

Et puis, je viens de m'en rendre compte le CFNM -là encore on n'employait pas ce sigle mais la nudité masculine, ridicule face au raffinement et à l'élégance féminines étaient largement axploitée.

-392- les rites ont un sens !

Publié le 28/10/2014 à 12:50 par erog Tags : mariage gynarchiste bdsm cérémonial
-392- les rites ont un sens !

 

Respect à la lettre du protocole...

Il l'interroge du regard: il ignore encore si elle lui permettra de la pénétrer au cours de cette nuit, quoi qu'il en soit mémorable.

-391- Fétichisme du pied.

Publié le 28/10/2014 à 12:40 par erog
-391- Fétichisme du pied.

 

Le fétichiste du pied fait rarement le plus mauvais mari soumis. Ne pas l'oublier mesdames.

-390- Le T.P.E c'est maintenant !

Publié le 28/10/2014 à 12:23 par erog Tags : Autorité Mariée Despotique Epoux Agenouillé
-390- Le T.P.E c'est maintenant !

 

Pour installer sa domination sur son couple et renverser des millénaires d'exploitation pourquoi attendre encore ?!

Dès la première heure du premier jour les choses doivent être claires, avec ou sans contrat.

-389- Grand corps... de fonctionnaires

Publié le 27/10/2014 à 17:47 par erog Tags : Admiration Respect Fayotage
-389- Grand corps... de fonctionnaires

 

Qui a dit que le corps enseignant n'était pas attractif ?

Pas grand corps malade en tous cas !


DERNIERS ARTICLES :
-394- L'ANECDOTE -1- (*)
Cela remonte à près de huit lustres ! Quand ma première Epouse  -également la première gynarchiste authentique de ma vie-  avait commencé depuis un moment (quelques mois)
-241- L'ANECDOTE -2- (suite et fin). (*)
Quand Diane m'a ordonné de me déshabiller et compte tenu de ce qu'était devenu notre relation... -elle était faite maintenant d'obéisance totale de ma part à "ses quatre
-393-Montorgueil de ma jeunesse
  J'ai découvert l'oeuvre de Bernard Montorgueil vers l'âge de 13 ans , avant celle de Stanton, Willie et les autres grands du genre... -Namio n' "existait" pas encore- :
-392- les rites ont un sens !
  Respect à la lettre du protocole... Il l'interroge du regard: il ignore encore si elle lui permettra de la pénétrer au cours de cette nuit, quoi qu'il en soit mémorable
-391- Fétichisme du pied.
  Le fétichiste du pied fait rarement le plus mauvais mari soumis. Ne pas l'oublier mesdames.